Rhétorique (d’Aristote)

Rhétorique

Ecrit par Aristote, célèbre philosophe Grec de l’antiquité.

Faites nous un court résumé:

L’oeuvre se divise en trois livres. Dans chacun, Aristote détaille un aspect essentiel à toute personne voulant devenir un bon orateur.

Livre I

Dans le premier livre, Aristote nous parle de ce qu’est la rhétorique, de son utilité et de ce qu’elle permet. La rhétorique permet de convaincre, son but n’est pas nécessairement l’établissement de la vérité, mais elle permet en partie de la découvrir. Elle est à aborder de manière différente en fonction de si vous voulez convaincre :

  1. de faire ou ne pas faire telle ou telle chose
  2. que telle ou telle autre cause est juste ou non
  3. ou encore que vous vouliez blâmer ou louer quelqu’un.

Livre II

Le deuxième livre est consacré aux “passions”, ces mouvements d’âmes qui nous amènent à choisir nos actions et dictent nos comportements. C’est ici qu’Aristote nous détaille quelle passion activer en fonction de la situation. Car pour convaincre notre public, c’est notre objectif et son caractère qui déterminent les “leviers” à actionner. Vous y trouverez ce à quoi conduit la haine, la colère, l’indignation, la crainte, la honte, la reconnaissance, l’émulation,… C’est pourquoi vous saurez ce qu’il est préférable d’utiliser pour parvenir à vos fins.

Livre III

Puis dans le troisième livre, Aristote nous détaille ce qu’il y a à savoir sur les qualités d’un discours. Pour chaque chose, il faut un “emballage”. “L’emballage” de vos propos, c’est la manière de vous adresser à votre auditoire. Vous aurez dans ce livre la description du style qui porte efficacement votre message. Que ce soit l’élocution, le rythme, l’humour, la forme du discours,… De plus Aristote prend le temps d’expliquer en quoi métaphore et analogie peuvent être trop, ou pas assez, poussées. Le but étant l’efficacité de la parole avant le plaisir de l’orateur.

Dans cette version, vous bénéficierez également d’une (longue mais non moins intéressante) introduction de Michel Meyer, ainsi que d’un commentaire de Benoît Timmermans.

Et pourquoi le lirais-je?

Dois-je vraiment répondre à la question ? La référence que représente “Rhétorique” est telle que, ne pas l’avoir lu pour un orateur est presque comme n’avoir pas appris à marcher pour un marathonien.

Le lire, c’est entreprendre d’apercevoir l’ampleur du sujet qu’est la rhétorique d’une part, et d’autre part, d’avoir bon nombre de “clés” ou de techniques pour peaufiner son “art de convaincre”.

C’est la connaissance de son contenu qui vous permettra de porter un regard critique sur vos performances. Et donc de commencer à vous améliorer. S’il importe de toujours s’améliorer, il convient de savoir ce qu’il faut améliorer. Alors, “Rhétorique” d’Aristote, vous sera d’un grand soutien pour découvrir ce qu’il faut améliorer.

Si vous souhaitez le commander sur Amazon cliquez ici

Bonne lecture!

Pierre-Favre Bocquet

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *