Pour ou contre la légalisation du cannabis?

Vous connaissez maintenant le concept de mon défi. Si ce n’est pas le cas vous comprendrez mieux cet article en lisant celui-ci avant.

Légalisons le cannabis !

1 000 000 000. 1 milliard !  C’est le montant que peut engranger l’état français en légalisant le cannabis. Alors, j’ai envie de vous dire « Etes-vous pour ou contre la légalisation du cannabis ? » A l’heure où les hôpitaux ferment pour manque de moyen. A l’heure où les écoliers sont trop nombreux dans les classes pour bénéficier de conditions d’apprentissage satisfaisantes, comment peut-on accepter que chaque année 1 milliard d’euro aille dans la poche des trafiquants ?

Photo par Esteban Lopez sur Unsplash

Certains me rétorqueront que si les fumeurs de cannabis arrêtaient de consommer, ce milliard n’alimenterait plus les réseaux criminels. Certes, mais je ne connais pas de solution pour qu’ils cessent rapidement leur consommation, alors plutôt que les fustiger inutilement, je préfère mettre fin au problème rapidement. Et le problème principal n’est pas tant la consommation de cannabis que les morts et problèmes d’insécurité dus au trafic en lui-même. Ensuite nous pourrons voir pour ce qui est des morts et des problèmes de santé dus à la consommation elle-même. Nous en acceptons bien pour le tabac, l’alcool et diverse activité de loisir….

Inconvénient de sa pénalisation

Tous les jours, une partie de nos contemporains fument du cannabis, et donc sont des délinquants. Regardez autour de vous, dans votre famille, chez vos amis ou dans votre entreprise. La France comptait en 2017 cinq millions de consommateurs, mon avis est qu’ils ne méritent pas le statut de délinquant.

En fumant, nos contemporains se familiarisent avec cette situation de délinquant. En nous obstinant à les y laisser, nous les laissons s’habituer à cette catégorie et à la trouver acceptable. Et, à tellement rendre poreuse la frontière entre l’acceptable et l’inacceptable, il me semble logique que celui qui est considéré comme délinquant fasse un pas dans la direction de délit plus graves.

Légaliser le cannabis permettrait de laisser de la place en prison pour les « vrai » délinquants. Ne nous voilons pas la face. Ceux qui sont en prison pour avoir fumé n’ont fait de tort à personne, ils ne sont pas dangereux. Nous pouvons donc les côtoyer au quotidien sans risques, contrairement aux voleurs et aux personnes violentes. Parce que oui, ceux qui ont une consommation raisonnée, équivalente à une consommation modérée d’alcool, ne sont pas plus dangereux que ceux qui ont quelques décigrammes d’alcool dans le sang.

Et puis connaissez-vous le coût d’une journée en prison ? 105 euros/jours/détenu, ce qui nous donne 3150 euros/mois/détenu. Voulons-nous payer pour ces fumeurs, ou qu’ils paient pour nous par des taxes diverses ?

Soyons humains

J’éprouve comme un malaise en les laissant consommer une résine à la composition douteuse. Je vous le rappelle ce sont peut-être vos proches qui en consomment. Si vous êtes parents ou futur parent, ce sont/seront peut-être vos enfants.

Légaliser le cannabis, c’est pouvoir le consommer de manière récréative, comme l’alcool et le tabac. C’est montrer l’ image envisageable d’une consommation raisonnée. A l’heure actuelle, l’image véhiculée en matière de consommation de cannabis, c’est celle de la racaille violente, du rasta défoncé ou du hippie dégueulasse. C’est comme résumer la consommation d’alcool au punk à chien, pilier de bistrot ou dépressif solitaire….

Et puis, que nous soyons pour ou contre la légalisation du cannabis, reconnaissons une chose: à l’heure actuelle, tous ceux qui veulent du cannabis y ont accès, alors au lieu de refuser l’évidence, tirons en parti.

D’où vient le problème ?

Les raisons qui poussent à fumer du cannabis sont diverses. En voici une qui compte pour beaucoup : l’attrait de l’interdit et par extension d’appartenance à certains groupes. Se mettre au-delà de la règle procure un « frisson plaisant », une sorte de jouissance par ce sentiment où les règles ne s’appliquerai momentanément plus à soi.

Quand vous discutez avec des personnes qui commettent des actes répréhensibles, vous constatez une satisfaction d’appartenir à une autre catégorie de la population. Le problème, c’est la disproportion entre l’acte posé pour appartenir à cette autre catégorie et la gravité de l’acte.

Je crois qu’il est plus juste de considérer les personnes dépendantes au THC comme des malades et non comme des délinquants.

Pour moi un délit est quelque chose de grave. Et dans ce domaine, la consommation de drogue dure est grave. Alors je ne peux pas comprendre que le législateur s’obstine à considérer au même plan le cannabis et la cocaïne par exemple.

Et à ceux qui seraient prêts à faire un pas vers moi et classer la consommation de cannabis dans le champ de la contravention, je voudrais qu’ils me justifient le choix de ne pas y mettre l’alcool et le tabac.

Comment faire alors ?

Je crois que vous vous en doutez. Il n’y a pas de raisons suffisantes pour mettre le cannabis dans une autre « case » que l’alcool et le tabac. Tous trois peuvent être addictif et entraîner des problèmes de santé et des conséquences nuisibles sur autrui en cas d’excès. Cependant ils peuvent tout de même être consommé avec modération sans désagrément majeur.

Quel intérêt ?

Légaliser le cannabis apporterait une source non négligeable de revenu à l’état. 0.1 point de PIB !

Il diminuerait les revenus des mafias est autres réseaux criminels. D’autant qu’actuellement, il y a les dommages causés par le cannabis + ceux commis par le trafic du cannabis. La légalisation aurait pour effets immédiat de stopper ceux commis par le trafic.,

Il ostraciserait moins les consommateurs. En plus, même si cela parait paradoxal, la légalisation entraîne une baisse de fumeur et donc des problèmes et coûts allant avec.

Pour ou contre la légalisation du cannabis

Parlez-en autour de vous et mettez votre opinion dans les commentaires. Que vous soyez pour ou contre la légalisation du cannabis, je serai heureux de lire votre avis dans les commentaires…

Merci de m’avoir lu.

Pierre-Favre Bocquet

 

Sources :

Le trafic de drogue génère 2,7 milliards d’euros par an

5 millions de consommateur en 2017

Prix d’une journée de détention

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •